Article ‘militaire’

Les métiers ceux qui disparaissent et ceux qui restent

Jeudi 1 décembre 2016

J’ai publié cela il y a quelques jours sur mon facebook, mais je n’ai pas vraiment commenté les images. Il faut regarder les images et découvrir le métier associé à cette image.

Sur ce blog les métiers sont inscrits tout juste sous la photo, mais si vous voulez vous amuser, cachez simplement la description. Et c’est parti.

Frank Fontaine, animateur radio

Concessionnaire automobile

Vendeur d'équipement électronique

Dentiste

Pompiste

Police montée de la gendarmerie Royale

Officiers de la marine

Militaire

Pompiers

Menuisier

Couturière

Coiffeurs

Peintre de panneau publicitaire

Premier ministre provinciale et hockeyeur

Motard de la police

Artistes comédiens Paul Berval, Gilles Latulippe et Denis Drouin

Joueurs de baseball

Gardiens de but au hockey

Chauffeur de limousine

Pierre Elliot Trudeau premier ministre du Canada

Chauffeur de taxi

Photographe (Ernest Lefaivre)

Laitier

Conducteur de tramway

Standardiste

Coroner

Informaticienne

Contrôleur aérien

Et voilà, évidemment j’aurais pu en mettre 1001 images, car nous disons toujours qu’il y a 1001 métiers, mais ça aussi c’est un job.

Bonne journée

Jocelyn Paquet

Un rôle inusité au sein de l’armée canadienne

Jeudi 24 mars 2011

Bonjour à tous

L’article que je vous ai préparé aujourd’hui, en étonnera plus d’un. Il est question du rôle très inusité que mon grand-père, Georges-Henri Lapensée, a joué dans l’histoire militaire de notre pays.

Georges-Henri Lapensée (1909-1981)

Georges-Henri est né le 31 octobre 1909 et a servi dans l’armée durant la Première Guerre mondiale, et oui, je ne fais pas d’erreur, c’est bien lors de la Première Guerre mondiale. Alors-là, vous vous demandez sûrement, quel poste, ce jeune garçon pouvait occuper au sein de l’armée. Je vous laisse chercher un peu.

J’imagine que certain d’entre vous ont procédé par élimination. Compte tenu de son âge, il n’était pas soldat. Pas plus cuisinier. Peut-être, avait-t-il un certain talent et venait divertir les troupes?

Rien de tout cela. Georges-Henri Lapensée a servi l’armée canadienne comme mascotte du 22e bataillon (canadien-français) qui allait devenir en 1921, le Royal 22e Régiment. Ces fonctions l’obligeaient à être présent lors d’événements officiels.

Henri Lapensée, Georges-Henri en uniforme et Anna Martel

Portrait officiel de Georges-Henri Lapensée dans son uniforme

Après sa carrière militaire, Georges-Henri a été violoniste de 1922 à 1966 au sein de la Société symphonique de Québec qui allait devenir en 1942, l’Orchestre Symphonique de Québec. Parallèlement, il a travaillé pour le bureau de la Marine de Québec.

Portrait de Georges-Henri Lapensée, violoniste

Georges-Henri Lapensée (1er violoniste à gauche) et l'Orchestre symphonique de Québec sous la direction d'Edwin Bélanger en uniforme militaire

Il s’est marié à Jeannette O’Connor le 9 septembre 1939 en la basilique Notre-Dame de Montréal. Ensembles, ils ont eu six enfants. Le 22 avril 1965, à mon baptême, mes grands-parents acceptèrent le rôle de marraine et parrain.

Le 4 août 1962, Georges-Henri au mariage de ma mère, Janyne Lapensée

Georges-Henri est décédé le 14 janvier 1981 à l’âge de 71 ans et repose au cimetière Notre-Dame à Ottawa auprès de sa mère Anna-Martel, de son père Henri, de ses grands-parents Délima Turcot et David Lapensée.

Carte mortuaire de Georges-Henri Lapensée (1909-1981)

Les années de service de Georges-Henri comme mascotte du 22e Régiment (canadien-français) n’ont jamais été reconnues et récompensées par l’armée canadienne. L’un des rares articles qui fait état de Georges-Henri en tant que mascotte a été publié dans le livre « Le Québec et la Guerre, 1860-1954 » de Jean-Marie Fallu, publié en 2003 par les Publications du Québec.

Page 48 du livre « Le Québec et la Guerre, 1860-1954 » de Jean-Marie Fallu, publié en 2003 par les Publications du Québec

Jocelyn Paquet
Les Archives du Photographe